J’avais dit que je le ferais… Donc je le fais.

Derrière ce titre un rien étrange se cache un petit article sans images, une information dirons-nous.

Non, ce titre ne cache pas un énième article de développement personnel sur la procrastination, sur le fait de savoir dire non, sur le fait de créer de ses petites mains, etc.

Une mésaventure. C’était une fort désagréable mésaventure, dont je subis toujours les conséquences (c’est dire).

C’était il y a quelques mois, quelques temps. Un pote (ex-pote depuis bien sûr) vient me rendre visite. Jusque là, tout va bien. Il me demande s’il peut envoyer un mail depuis mon pc, vu que sa box a rendu l’âme et que c’est urgent. Jusque là tout va bien. Moi, bien sûr, je lui dis que oui, pas de problème. Jusque là tout va bien. Sauf que, c’est là que ça se gâte, j’avais complètement oublié de me déconnecter de mes comptes google / wordpress /etc. Il est reparti une petite demi-heure après et je n’y ai plus pensé. Jusqu’à ce moment fatidique où je regarde ma boîte mail le lendemain et je tombe des nues en recevant, soit un message de la part de blogueurs qui n’ont pas compris mon dernier commentaire, soit des messages d’insultes fort désagréables de la part d’autres blogueurs par rapport donc à mes derniers commentaires. J’ai rien compris. Et là, deux secondes après environ, ça a fait tilt. Ben oui. Monsieur avait profité de ma connexion wordpress pour poster des commentaires immondes sur les blogs où j’ai l’habitude d’aller (et qu’il connaît, puisqu’il les lit aussi, mais sans jamais commenter, ben tiens). Et j’ai passé des heures à m’excuser en racontant des dizaines de fois ma mésaventure.

Sauf que, depuis, il y en a qui me snobent. Ils ne m’ont pas cru certainement. Comme Saint-Thomas, ils ne croient que ce qu’ils voient sans doute. Je ne peux pas prouver évidemment, puisqu’il s’est servi de mon compte wordpress. Donc, maintenant, il y a des tas de personnes (enfin, une petite dizaine) qui pensent que je suis une raciste égoïste et immonde, qui parle sans savoir, qui donne son avis sur un truc qu’elle ne connaît pas, et ce, sans m’avoir JAMAIS rencontré. Bon. Je ne peux pas passer mon temps à m’excuser, mais quand même ça m’a ouvert les yeux sur un truc : les gens ont tendance à juger sans connaître. Ce qui n’est pas, franchement, une preuve d’intelligence. Pourquoi est-ce que j’aurais écrit des trucs pareils (certains ont fait l’effort de me mettre les dits-commentaires en copié-collé dans leurs mails, c’est franchement immonde ce qui est écrit), pour ensuite inventer une excuse étrange et improbable ? Cela n’a aucun sens (enfin pour moi). Alors, si vous faites partie des blogueurs qui ne m’ont pas cru, qui me font la tête, ne me répondent plus ou sont hyper froids avec moi depuis cette mésaventure, eh bien, sachez que je ne m’excuserai plus. Si vous pensez que je suis assez stupide pour inventer une histoire pareille, c’est que vous vous faites une opinion de moi alors qu’on ne s’est jamais rencontré. Ce qui veut dire que vous jugez sur du virtuel, ce qui est absurde pour moi. Est-ce que je vous juge par rapport à ce que vous écrivez ? Non. Le blogging est pour moi un partage, pas une tribune, donc je ne juge pas la personne qui blogue sur ce qu’elle écrit, même si je ne suis pas toujours d’accord avec ce qui est écrit. On a toujours une très bonne raison d’écrire ou ne pas écrire, aussi, comme je ne connais pas ses raisons, je ne juge pas. Or là, j’ai vraiment l’impression, vu l’ambiance que je reçois en commentant des blogs, que vous me jugez sur quelque chose que je peux jurer ne pas avoir écrit. Étonnée d’être condamnée si vite, j’ai donc décidé que je ne posterai plus que de rares commentaires, chez ceux qui m’ont cru (merci les gens !!!). Les autres, tant pis (je ne peux gaspiller du temps et de l’énergie à m’excuser pour un truc que je n’ai pas fait).

Il m’est déjà arrivé d’être battue froid par des « collègues » (au sens large), dans la real life. Pour quelque chose, un ptit mail que j’avais écrit. Je me doutais bien pourquoi cette froideur, sauf que pas un n’a eu les « balls » de venir me le dire en face. Peut-être une mauvaise conscience ? Lorsque l’on décide de faire un truc qui concerne le groupe sans tenir compte de l’avis de ce groupe au complet, ça s’appelle de la dictature. Or, on vit en démocratie, et celle-ci s’applique à tous les groupes, y compris les classes. J’ai juste envoyé un mail informatif spécifiant qu’il était anormal de prévoir un truc pareil sans tenir compte de la vie (l’avis) de chacun. Ce qui est vrai, en plus. Et je ne regrette rien. Parce que battre froid quelqu’un sans avoir le courage de lui dire en face pourquoi, c’est de la bêtise humaine. Pas de temps à perdre avec ça.

Voilà, c’était une petite mise au point qui soulage. Les programmes vont reprendre le cour normal des choses.

Ah si, une dernière chose : mon projet de thèse a été accepté. YOUHOUUUUUU !!!!!!

Belle journée !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.